Pourquoi respirer est-il essentiel ? (Podcast)

Posted on Categories:Connaissance de soi, vitalité
Je suis Sophie, ostéopathe et coach holistique. J’accompagne principalement des hommes et des femme qui ont besoin de prendre soin d’eux et d’apprendre à s’écouter pour faire le tri dans leur vie et s’épanouir pleinement.

S’il y a bien une chose à utiliser pour garder un équilibre c’est la respiration. Evident me direz-vous mais pas si facile à mettre en place.

Déjà respirer = c’est être en vie. C’est bien la 1ère info envoyée à notre cerveau pour le rassurer et lui dire OK, tout va bien, je suis en vie. 

Autre avantage, on l’a toujours avec soi. Et oui ça peut paraître banal dit comme ça. Mais le nombre de fois où j’entends un « je peux pas, j’ai oublié tel truc, ou ce machin est cher ». Bref là pas d’excuse on a tous au moins un poumon sur soi.

La respiration est l’outil idéal pour communiquer à la fois avec notre système moteur volontaire, et notre système moteur involontaire, qui répond au système nerveux sympatique et parasympatique. C’est le lien 🙂 

La respiration est aussi l’outil idéal pour accueillir et gérer nos émotions !

C’est à dire que grâce à la respiration, que l’on peut adapter volontairement, on peut avoir accès à nos systèmes internes que nous ne pouvons gérer directement, comme le rythme cardiaque, la digestion, ou encore notre rythme cérébral.

En effet notre cerveau fonctionne sur des fréquences et des vitesses vibratoires.
Plus elles sont rapides, plus nous sommes en éveil et « agité », plus elles sont lentes plus nous sommes calme, voire endormi.

Le contrôle de la respiration a donc multiples avantages et effets sur notre organisme :

1) cela permet de mieux ventiler notre corps : augmenter l’absorption d’oxygène, et le rejet du dioxyde de carbone…
Et aussi les échanges cellulaires et tissulaires de ces mêmes gaz.

2) cela permet d’éliminer les ions H+ qui influencent le taux d’acidité du corps. Donc mieux on ventile, plus nous sommes basiques (moins il y a d’acidité, responsable d’un vieillissement prématuré de nos cellules, d’un affaiblissement de nos défenses immunitaires…)

3) l’effet mécanique de la respiration joue un rôle directement sur la digestion, tant au niveau de la jonction œsophage / estomac, que de l’effet de pompage sur l’ensemble des organes digestifs situés dans l’abdomen.

4) ça nous permet d’accueillir sans jugement une émotions et de la laisser vivre sa vie : c’est à dire informer le mental, et disparaître. En moyenne 30s…! Alors que si on la bloque cela peut durer des années !! (on y reviendra)

5) ralentir la respiration permet de ralentir le rythme cardiaque. L’inverse est vrai aussi. Donc selon les moments et besoins : vous pouvez choisir d’augmenter la fréquence ou l’amplitude donc le rythme cardiaque, pour se réveiller par exemple. De la ralentir pour se calmer et s’endormir par exemple. Mais aussi, préparer une réunion, garder son cap et son calme sur la route ou dans d’autres circonstances où la colère n’a pas sa place.

6) accéder à des niveaux de conscience corporel en étant simplement à l’écoute de sa respiration.

7) accueillir une douleur, pour l’écouter et percevoir la beauté en elle. Comme pour une émotion, la douleur est une information. La nier c’est se nier soi-même… Et laisser la porte ouverte aux mal(s) a dit.

Allez, rentrons dans l’expérimentation !

Je vous propose un petit jeu à faire en même temps que moi.
Augmentez votre fréquence respiratoire. Sans changer d’amplitude, juste en respirant plus rapidement. Par exemple, si habituellement vous avez une respiration de 4 à 6 secondes, passez à 2s. ; si vous êtes déjà à 2s, faites 1s / 1s . Observer ce qu’il se passe en vous … est-ce agréable? Comment vous sentez vous ? Je sais pas vous mais moi ça me stress, j’ai l’impression d’être poursuivi par un mec louche dans les rues noires de Paris, ou que je regarde le dernier Freddy… bref je me mets à flipper et mon coeur s’accélère sans rien lui avoir demandé.

A l’inverse maintenant, ralentissez votre respiration, doublez par exemple votre temps d’inspiration et d’expir.
Tout de suite c’est plus apaisant non ? Comme si la course était finie, que enfant je peux me poser tranquille dans mon fauteuil et m’assoupir.

Pourtant dans un cas comme dans l’autre, rien n’a changé autour de vous ! Hormis votre façon de respirer, tout est exactement pareil.
Conclusion : c’est bien notre manière de respirer qui crée notre sensation corporelle !

J’ai quelques vidéo sur la chaine YouTube Adventure Bien-être pour des exercices de respiration.

Je vous invite à y jeter un oeil 😉

J’organise également au cabinet de Grésy Sur Aix des ateliers de connaissance de soi avec entre autres thèmes, la RESPIRATION 😉 

Que faire quand tu as mal au dos ? (Podcast)

Posted on Categories:Connaissance de soi, vitalité

Spécifiquement aujourd’hui, j’aimerais aborder la question du mal de dos. Je vais te montrer comment, en quelques minutes, tu peux soulager ton dos et cela pour longtemps !

Je suis Sophie, ostéopathe et coach holistique. C’est à dire que j’accompagne mes clients, en séance individuel ou lors de séjours, vers une meilleure écoute d’eux-même, de leur corps, pour se libérer de leur blocages physiques, émotionnels et mental. Et tout cela dans le mouvement. Cela leur permet de voir la vie autrement de manière à Etre et Vivre pleinement.

Dans cet épisode je te dis donc, que faire quand tu as mal au dos…

Je mets de côté les phases algiques aiguës avec tout ce qui est de l’ordre du lumbago, de la « sciatique » et de la cruralgie. On va plus parler du mal de dos de fond, la douleur un peu sourde et chronique que beaucoup d’entre nous connaissent ! Et moi-même j’en fais parti !

Et oui la connaissance n’exclut pas l’expérience. J’ai enfin compris, après de nombreuses années à avoir le syndrome de la femme parfaite, qu’il ne fallait pas être parfait pour transmettre quelque chose !
Bêtise… bref. Ce sujet fait plus parti de développement personnel, et de dépouillement personnel, pour faire simple de la connaissance de soi. Et nous en parlerons dans un autre épisode.

Donc revenons à ce mal de dos qui peut etre gênant, sans être handicapant, que l’on a tendance à oublier lorsque l’on est dans notre journée, bien concentré sur notre travail , mais qui est bien présent le matin, ou lorsque l’on se lève après 3 ou 4h derrière un ordinateur… sans parler de celui en voiture ou avachie dans le canapé.

Ce message donc, que le corps nous envoie pour dire : bouge toi !
Ce message qui dit : trop de stagnation, de sédentarité = accumulation de déchets (de toxines), de stases liquidiennes qui par accumulation réveille le signal nociceptif (de la douleur) .
Dans ce cas, rien de plus simple que de retrouver un équilibre, à savoir : remettre du mouvement dans le corps, ou dans une zone spécifique du corps !

Le mouvement dans ce cas va permettre de :
– Réveiller la zone, c’est à dire d’en prendre conscience, de poser son attention dessus, et comme nous le savons de plus en plus l’énergie va là où notre attention va.
– Automatique dès que l’on pose notre attention sur une zone du corps celle ci est mieux vascularisée, mieux oxygénée.
– Si en plus on y remet du mouvement, l’information nerveuse peut aller au bout du nerf, favorisant encore plus la micro-circulation, permettant une meilleure lubrification de l’articulation par le liquide synovial.
– Cela permet de faire bouger les fibres musculaires entre elles, les plans de glissement entre tendons / ligaments / capsule / fascina… bref les tissus mous du corps de manière à les faire coulisser plus librement.
– Cela crée de la chaleur, ce qui favorise aussi le fluidité du sang, de la lymphe ce qui leur permet à leur tour de mieux circuler et donc de mieux arriver à leur destination pour le sang artériel riche en oxygène, et de mieux repartir pour le sang veineux (riche en dioxyde de carbone) et la lymphe pour les déchets afin de ramener tout cela vers les poumons qui vont notamment extraire les ions H+ qui diminueront l’acidité du corps

Faites le test maintenant :
Concentrez vous sur votre bas du dos,
Observer votre posture, la tenue générale de la colonne à ce niveau là, l’état des muscles (tendu ou non, chaud / froid ? , étirer ou contracté ), essayez de ressentir le mouvement énergétique dans cette zone (est-ce ascendant ? Descendant? Lourd ? Léger? Serrant?diffusant ? Irradiant?) , si vous deviez y mettre une couleur ? Une forme ? Un animal ? Un paysage ?
Observer sans jugement. Observez, si déjà depuis le début de l’exercice il y a un changement ?
Observer ensuite, si vous mettez du mouvement, ce qu’il se passe. Peut-être juste avec la respiration. Soufflez, puis inspirez dans les lombaires 3 fois.
Puis ajoutez des mouvements de F/E, d’inclinaisons, de rotation, des cercles. Que se passe-t’il dans ce dos ?
Encore une fois sans jugement. Ne dites pas j’ai mal, recherchez les caractéristique. Un peu comme quand on décrit une affiche à un copain qui est au téléphone (le truc à l’ancienne quand on n’avait pas la vidéo…) . On décrit les couleurs, ce qu’il y a dessus, on lui dit pas j’aime ou j’aime pas. Cela ne va pas l’aider à retrouver l’affiche de son côté… vous voyez l’idée ?

Bref, tout cela combiné permet de limiter drastiquement les douleurs !

Et clairement, lorsque je respecte bien ma routine de réveil musculaire de 5 – 10 minutes, j’ai beaucoup moins mal au dos que lorsque je ne l’a fait pas. Et c’est encore plus efficace lorsque j’y met de la conscience (comme dans l’exercice que l’on vient de faire), et d’être convaincue que je suis déjà en état de bien-être.

Après il peut y avoir d’autres facteurs : localement des blocages qui font que malgré un mouvement volontaire cela ne passe pas, ne se libère pas. Dans ce cas on peut se faire aider. Il peut y avoir aussi des structures tellement abimées que le mouvement permettra uniquement d’éviter une aggravation (ce qui est déjà énorme !) , et parfois il y a d’autres facteurs qui peuvent intervenir comme les tensions de fond liée à des « mémoires » émotionnelles à libérer également , ou même des idées que l’ont gardent depuis des années comme acquises, et inéchangeables, alors qu’elles ne font que nourrir notre immobilisme… et donc entretenir les douleurs.

Encore une fois, le corps parle. Le manque de mouvement, et donc le mouvement à recréer pour équilibrer peut être au niveau physique, émotionnel (la plupart des émotions n’ont pas été vécues complètement ce qui fait que nous les gardons précieusement comme si notre vie en dépendait) ; ou mentale avec ces fameuses pensées souvent limitantes qui sont les même aujourd’hui que la veille… et qui nous engluent dans des habitudes mortifères.

Apprenons à écouter notre corps, il agit toujours pour notre bien, pour la vie en nous et nous faire profiter de la vie ! Alors s’il parle ou crie c’est qu’il a une bonne raison de le faire. A nous de l’écouter et de retrouver l’équilibre dont il a besoin à ce moment là !

Car l’équilibre d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier, ni celui de demain.

A très vite

10 clés de votre santé physique (partie 2)

Posted on Categories:Connaissance de soi, vitalité

Continuons ensemble sur la lancé des 10 clés !

Vous n’avez pas lu le précédent article sur les 5 premières ??? Pas de panique, vous pouvez le retrouver ici pour le lire maintenant, ou vous pouvez aussi le lire plus tard…

Le système évoluant en cercle, spirale, il n’y a pas de début ni de fin. Vous pouvez le « commencer » d’où vous voulez. Le principale étant de créer un équilibre et de visualiser que l’on avance en spirale (et non pas en rond), on s’élève 🙂

  • EQUILIBRER
Imaginez une balance à l’ancienne, afin d’être à l’équilibre sur la balance on place des poids en face de l’objet que l’on souhaite peser.
De la même manière, pour accéder à l’équilibre il s’agit de mettre « face à face » deux éléments, qui peuvent sembler contraire. Par exemple, si c’est trop chaud, vous ajoutez du froid. 
D’un point de vue physique, on se concentrera sur l’aspect immobilité / mobilité d’une zone précise, du chaud / froid, du dur / mou etc. 
Je vous invite donc à observer votre journée : comment est réparti votre temps, ou vos qualités de mouvement par rapport à ceux au repos, ou si vous avez froid, comment apporter du chaud (ou l’inverse).
Il s’agit donc de trouver cet équilibre sur une période donnée. Par exemple, faites le point en fin de journée, en fin de semaine, en fin de mois etc.
Vous verrez qu’avec la loi suivante, il n’est pas nécessaire d’être en équilibre permanent, ce qui créerait l’immobilité, mais bien de retrouver un équilibre global. Un peu comme sur un vélo où pour être en équilibre il est nécessaire d’être un mouvement.

  • RENFORCER
Cette loi est connue sous le nom de loi de l’hormèse. Très connue des sportif qui souhaite gagner en masse musculaire, il s’agit de créer un effort bref, intense et isolé pour renforcer ce dit-muscle.
Cette loi est applicable pour tout aspect physique (émotionnel et mental également, nous les aborderons plus tard) : se renforcer au chaud, au froid, à un aliment, à une charge de travail sur un muscle donné ou l’ensemble du corps, sur une articulation etc.
L’idée est de « stresser » sur un court instant la zone, tout en restant vigilant de ne pas dépasser la limite. C’est comme si vous cherchiez à dilater le ballon sans le faire éclater (là c’est la blessure ou la maladie assurée).
Donc renforcer tout en étant progressif est le maître mot de cette phase !

  • PURIFIER
Se purifier c’est éliminer les déchets. Physiquement, trois systèmes sont très adaptés :
La peau, les poumons, le gros intestin et la vessie.
Oups ça fait quatre ! 😉
Et comme par hasard en médecine traditionnelle chinoise (sur laquelle je m’appuie) peau/poumon/gros intestin font partis du même mouvement : le métal qui est lui même associé à la purification ! dingue !

Bref, vous l’aurez compris (ou pas), pour purifier, il s’agit de savoir éliminer ! de l’intérieur du corps vers l’extérieur. Là deux étapes, l’une des cellules vers le systèmes liquidiens (sang veineux, lymphe, liquide céphalo-rachidien), l’autre de ces systèmes vers l’extérieur du corps (transformation et transport du milieu liquide vers les organes excréteurs que sont les poumons via l’air et l’eau que l’on expire, la peau via la transpiration, le gros intestin via les selles, et la vessie via l’urine)

  • SE RESSOURCER
Ah l’étape du ressourcement… pas facile hein ! ce moment où l’on attend le week-end ou les vacances avec impatience pour « enfin » se reposer. Alors oui le repos est nécessaire pour le ressourcement, mais ce n’est pas la seule option. Dormir la nuit, en journée est top. mais parfois insuffisante et certains le savent bien car malgré des nuits longues… ils se sentent toujours fatigué !
Se ressourcer est (presque) un art ! c’est aussi un moment de retour sur soi, un moment où l’on regarde à l’intérieur, au plus profond pour y puiser une nouvelle source d’énergie, de motivation, etc.

Pour se ressourcer, plusieurs options s’offrent à vous : la respiration, la méditation, le sport, le chant, la musique, etc. Encore une fois distinguons bien le ressourcement physique (global ou d’une seule partie du corps) , du ressourcement émotionnel et mental. 

  • S’ADAPTER
Savoir s’adapter est ce que le corps et l’humain font de mieux ! il s’adapte au chaud via la transpiration, au froid via les frissons, à la pollution, aux déchets toxiques etc. c’est à la fois une grande force, car il a su s’adapter aux multiples changements de son habitat, du climat etc. durant son évolution… à condition de savoir écouter ces adaptations et d’en tenir compte dans le temps.

Et c’est parfois perçu comme une faiblesse, surtout dans nos société actuelle, comme si s’adapter était quelque chose de mal : soit par perte de temps, soit par faiblesse. 

Néanmoins, si l’on reste sur le plan physique (sujet de cet article), l’adaptation est le moment où le muscle, l’os, l’articulation ou tout autre organe du corps, se modèle en fonction des contraintes extérieures et intérieures qu’il a subit. Par exemple, le muscle se renforce principalement dans cette phase…après la loi du renforcement. Et oui, c’est surtout quand il « récupère » qu’il se renforce , car il s’adapte aux nouvelles contraintes qu’on lui demande pour ne pas se fatiguer et s’abimer. 


Et voilà ! le tour d’horizon des 10 lois touche à sa fin. 

J’espère que ces deux articles vont ont plus, n’hésitez pas à commenter, m’envoyer vos questions ou suggestions. je serais ravie de vous répondre. 

A très vite. 


10 Clés de votre santé physique (partie 1)

Posted on Categories:Connaissance de soi, vitalité

Et votre corps vous dit MERCI !

Pas de longue introduction pour vous perdre en route, voici 10 astuces clés pour rester ou retrouver une bonne santé physique ! 

Je n’invente rien, je résume ici des concepts que chacun connais, que j’ai moi-même expérimenté et qui ont l’avantage d’être partagé par d’autres ! Avec Unisun, le liant entre nous, cela parait encore plus clair ! 

Basé sur les cinq mouvements du tao, cela aide à se rappeler facilement de chacun de ces 10 clés 🙂 

  • VISUALISER
             « On récolte ce que l’on sème » 


Autant mettre toutes les chances de notre côté ! Imaginez bien que si tous les matins vous vous réveillez avec l’idée que vous êtes tout raide, vieux, gros et mou vous aurez du mal à atteindre votre objectif d’être souple, svelte, tonique et d’apparence jeune. L’idée n’est pas de s’imaginer comme dans les magasines car cela n’a aucun sens et ce serait idiot. 

L’idée est de se visualiser en bonne santé, de se sentir en bonne santé avec tous les qualificatifs que vous avez déterminé comme étant la bonne santé. Visualisez l’homme ou la femme que vous voudriez être, comme si cela était déjà fait. Comme si vous aviez la photo de vous déjà entre votre main avec la satisfaction d’être en bonne santé. 

Même si actuellement vous n’êtes pas en bonne santé, vous pouvez vous rappeler un moment où vous l’étiez et ressentir cette sensation, si vous ne l’avez jamais été, imaginez ce que c’est de ne pas ressentir de douleur, ou au moins d’être en meilleure santé que maintenant. 

Approfondissez cette sensation avec tous vos sens : la vue (qu’est-ce que vous voyez au travers votre regard, et aussi dans le regard des autres qui vous voient), l’odorat (de votre corps, de votre haleine, etc), l’ouïe (vous pouvez avoir la sensation d’entendre tous les sons du plus grave au plus aigu), le goût, le toucher et j’ajouterais votre ressenti interne (par exemple votre coeur qui bat de manière régulière, une bonne digestion, etc. ) 

Et attention à visualiser avec ce que vous souhaitez ! (et non avec ce que vous ne souhaitez plus…)

  • BOUGER / LIBERER
          « La vie c’est le mouvement, le mouvement c’est la vie »


L’objectif ici est de garder du mouvement afin que cela circule ! Autant au niveau des articulations, que des muscles, que des liquides du corps (sang, lymphe, liquide céphalo-rachidien, etc.), que de tous les tissus qui doivent bien glisser les uns par rapport aux autres. 

Souvent on pense global, mais pour une fois, pensons spécifique : même si vous êtes actif au travail, il se peut, que certaines articulations ne bougent que très peu, ou en tout cas pas dans toutes les directions ! 

Dans ce cas, pensez donc à mobiliser chaque zone du corps dans tous les sens ! c’est à dire sur tous les plans (avant, arrière, sur les côtés, en rotation). L’exercice physique et les étirements sont parfaitement adaptés pour cela. Les massages également. Pensez également à éliminer ce qui doit l’être 😉 La circulation c’est cela aussi : certains éléments entrent, d’autres sortent ! (via les urines, les selles, la transpiration et la respiration) 

  • ETRE HONNÊTE 
            « Ose regarder le soleil en face. Ta sincérité donnera une profondeur, une lumière, à tous tes actes. » (Dugpa Rimpoché)


Prendre le temps de voir ce qui va et ce qui ne va pas. C’est cela être honnête avec soi. Le 100% positif n’a absolument aucun sens si on le regarde de la lunette du « tout va bien, je vais bien ». Ce qui en revanche fonctionne c’est de faire un état des lieux, et ensuite de rester optimiste avec ce que l’on a. Et se demander en quoi cela peut être différent. Ce sur quoi j’ai le pouvoir. Cultivez l’amour de soi, sans condition. 

Si vous avez par exemple de l’arthrose aux hanches, il ne s’agit plus de se dire, « tout va bien, je continue de marcher malgré la douleur (en gros je me shoot de médoc et en avant la rando) » ou de ne plus bouger en attendant que cela passe. Mais de s’observer soi-même : « tient, j’ai mal ici, ça touche mes os, ma structure, qu’est-ce qui se passe en moi à ce moment, qu’ai-je fait dans ma vie pour en arriver là ? … OK, je m’aime pour cela. Mais aujourd’hui cela me fait mal, que puis-je faire pour avoir moins mal et mieux me bouger ? , et je m’aime aussi pour cela ». Cela nécessite forcément un changement dans ses habitudes… et souvent c’est cela le plus difficile à accepter, mais ce n’est pas impossible. 

Etre honnête c’est savoir se regarder dans notre entièreté : sa face lumineuse et sa face obscure. Nous sommes les deux faces d’une même pièce, et s’aimer pour cela !

Et vous verrez comme cela vaut la peine de se poser, et de se poser les bonnes questions pour agir en conscience, en bienveillance avec soi-même et surtout avec Amour. 

  • COMPRENDRE
             « La lumière chasse l’obscurité et donne du sens. »


Cela se rapproche de ce que l’on vient de voir. Poser un sens permet de comprendre et de nous rendre le plein pouvoir sur qui l’on est et qui l’on veut devenir. C’est aussi s’observer de manière globale, dans un système et ne plus regarder notre problème de manière analytique, comme le fait la médecine classique. 

Pour reprendre l’exemple de l’arthrose, il s’agit de se questionner quant à son rythme de vie général, sa manière de manger, de bouger, de penser. Pas seulement de se dire que « c’est l’âge et puis il y a eu cet accident quand j’avais 25 ans ». Je ne dis pas que c’est faux, je dis que c’est incomplet. (comme si vous définissiez l’éléphant qu’à partir de sa trompe… c’est pas faux mais c’est incomplet). 

Lorsque le sens est là, la vie « fabrique » exactement ce qu’il faut pour rétablir la santé. Par essence, le vivant aime l’équilibre et l’homéostasie, il la recherche tout le temps. Vous trouverez plusieurs livres, dont celui de Jacques Martel, sur la signification des douleurs en fonction des zones du corps. Je propose régulièrement à mes patients de les lire et d’observer ce qui se passe en eux au moment de la lecture. Souvent l’une des interprétations viendra créer un mouvement dans votre corps (un frisson, une envie de pleurer ou de rire, un serrement au coeur, etc.) : c’est surement celle ci qui vous correspond. Car ce que vous venez de lire vient en résonance avec ce que vous vivez, encore une fois, faites confiance à vos sensations (et non à votre mental qui veut toujours essayer de comprendre mais qui est souvent biaisé !) 

  • NOURRIR 
             « Que ton alimentation soit ta première médecine »


Se nourrir de bonnes choses (qualité) au bon moment c’est à dire selon nos besoins, n’est pas toujours chose facile. Nous avons souvent perdu cette notion de besoin, que l’on confond avec nos envies ou nos habitudes… et la qualité, ben, ce n’est pas évident non plus. Et en terme de nourriture je parle de la nourriture que l’on mange, mais aussi c’est que l’on inspire (l’air quoi) et celle qui vient nourrir notre mental (cela fera l’objet d’un prochain article). 

En ne répondant pas à nos besoins, on crée des déséquilibres qui deviennent des symptômes ce qui nous éloigne de la bonne santé. L’idée première est donc de se reconnecter à nos besoins en étant à l’écoute de soi et de se faire confiance (en laissant de côté les habitudes, le marketing de la malbouffe, etc.). 

Côté alimentation, les aliments biologiques, issus directement de la nature sont bien entendu de bons réflexes. Tout ce qui est transformé (et rajouté) par l’industrie ne correspond pas à nos besoins. Le respect des saisons et des lieux où l’on vit, manger local, est aussi l’un des meilleurs moyens de répondre à nos besoins. La nature étant par définition bien faite, il est strictement inutile de vouloir manger des tomates en hiver ! J’ai également découvert depuis peu les subtilités qui peuvent intervenir en fonction des groupes sanguins ! Intéressant à observer et à essayer pour vous selon votre groupe sanguin. Je vous ai préparé des fiches récapitulatives par groupe ;).  

Et qui dit aliment, dit aussi boisson ! l’eau étant la meilleure source d’hydratation. Cependant il y a plusieurs types d’eau : de source, minéral, du robinet. Elles ont toutes un rôle à jouer et nous n’allons pas rentrer dans le débat de qu’est-ce qui est mieux. Je partirais donc plus sur variez ! et aussi vous pouvez « dynamiser » votre eau en lui envoyant de bonnes ondes ou en utilisant des support avec des ondes de forme. (Vous pouvez le faire également pour les aliments d’ailleurs).

Le repos digestif qui suit le repas est tout aussi important à respecter pour laisser le corps digérer et assimiler chaque nutriment. L’objectif étant, non pas d’avoir l’estomac plein, mais d’amener à nos cellules les matériaux nécessaires à leur bon fonctionnement, et à créer de l’ATP source d’énergie. Prenez le temps de ressentir, d’observer comment vous vous sentez directement après votre repas, puis au bout d’une heure. 

Côté respiration, la qualité de l’air est bien entendu importante, mais pas de notre ressort, hormis vous mettre au « vert » si vous habitez des zones polluées. En revanche, ce qui est de notre ressort c’est la manière dont on respire. Comme pour l’alimentation, nous avons des besoins différents selon les moments de la journée, de la saison, de l’année. Donc la respiration ne sera pas toujours la même. Comme pour l’alimentation, prenez le temps de vous observer, de tester ce qui vous convient. 

J’ai, à ce propos, écrit deux livrets, l’un sur la nutrition l’autre sur la respiration, que je peux vous envoyer en vous inscrivant ci-dessous. 

Les cinq prochaines clés seront décrites dans un prochain article 😉  


Sophie 

    Apprenez de votre souffle pour vivre mieux.

    Posted on Category:vitalité
    souffle

    Les ateliers du souffle, animés par Sophie Maingre, osthéopathe et coach holistique, permettent aux élèves de se découvrir autrement grâce à la respiration.

    Beaucoup de douleurs de dos, de ventre, de troubles du sommeil ou de concentration sont liés à des blocages du diaphragme ou à une respiration inadéquate.
     
    Ce même blocage de diaphragme peut aussi être lié à des émotions particulières.  Il est souvent caché et répandu.
     
    Les ateliers du souffle ont été créés pour apprendre à respirer, et ainsi pallier ce blocage.
     
    Entre ressentis, expériences, échanges, apprentissages, ces ateliers se veulent vivants et dynamiques.
     
    Rendez-vous les lundi matins, de 9h à 12h. Ces trois heures seront consacrées au ressourcement ainsi qu’au centrage sur soi pour mieux appréhender la vie du quotidien.
     
    Comme on dit c’est du pratico-pratique.
    De l’efficace.

    Les ateliers auront lieux en présentiel à Aix-les-bains, un lundi par mois, de 9h à 12h. Une version distancielle sera mise en place dans les prochains mois.

    En cas de questions, veuillez contacter le 07.69.27.55.36, ou envoyez un e-mail à s.maingre@gmail.com.

    Dates et horaires des ateliers

    • Lundi 17 janvier
    • Lundi 28 février
    • Lundi 21 mars

    > De 9h à 12h
    > tarifs : 60 euros /atelier

    N’oubliez pas d’apporter votre propre tapis et un coussin. Merci.

    Savoir être à l’écoute de son corps

    Posted on Category:vitalité
    nounours

    Pourquoi ai-je mal le matin au réveil ?

    Le corps fonctionne un peu comme un ordinateur, quoi qu’en vrai c’est plutôt l’inverse. Durant la nuit, il met en marche le programme « de fragmentation du disque ».
     
    La nuit est donc propice à classer, ranger, réparer, nettoyer les événements de la veille ou l’avant-veille (ou parfois encore plus ancien).
    Quand tout va bien, nous nous levons et vaquons à nos occupations (éventuellement avec un p’tit café dans le bidotte, comme dirait ma fille).
     
    Seulement parfois, le réveil est douloureux.  nous nous réveillons et des douleurs se font sentir. Mal aux cervicales, à l’omoplate, aux lombaires etc…
    Ces douleurs signifient que le programme de de fragmentation a rencontré un blocage quelque part. Il n’a pas pu nettoyer, classer, ranger les données correctement. Et donc le message d’alerte s’est déclenché !
     
    Donc non, ce n’est ni le matelas, ni l’oreiller qui se sont animés pendant dans la nuit pour causer ces maux.
     
    C’est juste le corps qui envoie un (sage) message d’erreur à prendre en compte si on veut que la machine fonctionne correctement.
     
    Donc merci à notre corps (il ne fait pas cela pour nous embêter), il fait cela par amour, et surtout, parce qu’il est programmé pour  maintenir la vie en soi dans chacune des cellules.
     

    Message d’un écureuil croisé au bord du chemin

    Posted on Category:vitalité
    écureuil

    « la principale signification de ce petit rongeur est la diversion et le fait de vivre d’une façon simple et moins sérieuse »

    Très beau message que je reçois avec plaisir à la vue de mon évolution. J’intègre ce message avec amour.
    Nous avons à apprendre de ce qui nous entoure avec simplicité.
    J’ai souvent complexifié ma vie, mis de la pression où il n’y en avait pas besoin.
    Observer, prendre le temps et intégrer est une belle manière de Vivre.
    J’accompagne sur ce chemin.
    Pour l’avoir parcouru, je sais que ce n’est pas chose facile et que plus on y met de l’importance plus la résistance est là.
    J’ai maintenant les clés pour apporter de la légèreté et de la simplicité dans la vie